Edmond de Rothschild

Bienvenue sur notre Fund Center

Ce site propose une information complète sur les gammes de fonds du Groupe Edmond de Rothschild. Il offre notamment un accès simplifié aux principales données relatives aux fonds (performances, valeurs liquidatives, caractéristiques) et à leurs documents commerciaux ou légaux.

Veuillez renseigner votre pays et indiquer à quelle catégorie d'investisseur vous appartenez :
Mobile Logo

EdR Fund Floating Rate Credit Obligations d'entreprises

Obligations d'entreprises
Evolution de la VL (17/01/2019)
10 980,42 EUR
Benjamine  NICKLAUS–LU1082946713–
Benjamine NICKLAUS
Léo ABELLARD–LU1082946713–
Léo ABELLARD
L'identité des gérants présentés dans ce document pourra évoluer durant la vie du produit.
Profil de risque
et de rendement (1)
1234567
10 980,42 EUR
Evolution de la VL (17/01/2019)
2
1234567
Profil de risque
et de rendement
Horizon de placement
Evolution de la VL (17/01/2019)
10 980,42 EUR
Profil de risque
et de rendement
1234567
Horizon de placement
Benjamine NICKLAUS  
Léo ABELLARD  
L'identité des gérants présentés dans ce document pourra évoluer durant la vie du produit.
Contact

Objectif d'investissement

L'objectif d'investissement du Compartiment est de surperformer son indice de référence, net de commissions de gestion, sur un horizon d'un à deux ans, grâce à un portefeuille reflétant les opportunités d'investissement présentes sur les marchés des crédits d'entreprises à court terme.

Voir plus Voir moins

Commentaire 31/10/2018

En octobre, les spreads de crédit se sont considérablement creusés en Europe et aux États-Unis, ce qui en fait l'un des pires mois de l'année. La décompression entre les spreads de crédit BBB et A a été forte. Les émissions sur le marché primaire ont été modérées par rapport au reste de 2018, la volatilité du marché ayant contraint de nombreux émetteurs à attendre un moment plus opportun. Les spreads des obligations d'entreprises de qualité « investment grade » ont clôturé le mois en hausse de 10 pb aux États-Unis et de 15 pb dans la zone euro. D'un point de vue sectoriel, le secteur de l'automobile faisait partie des plus mauvais élèves tant aux États-Unis qu'en Europe. Les inquiétudes suscitées par la guerre commerciale potentielle avec la Chine, conjuguées aux craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale, ont amené les investisseurs à remettre en question le cadrage prospectif des banques centrales. La probabilité d'une hausse des taux américains en décembre est tombée à 70 % en fin de mois (par rapport à plus de 90 % en décembre). En ce qui concerne la BCE, aucune surprise ne s'est dégagée de la réunion d'octobre avec le taux de dépôt demeurant inchangé à -0,4 % et une orientation politique réaffirmée. Les spreads de crédit sur le haut rendement en Europe se sont élargis de 52 points de base par rapport aux obligations gouvernementales, affichant ainsi une perte de -0,97 % au cours du mois. Dans ce contexte, les obligations moins bien notées ont nettement sous-performé les obligations notées BB. Tous les secteurs ont enregistré une performance négative, à l'exception de celui des médias, qui a généré un rendement total de 0,3 %. Les émetteurs des pays périphériques ont été le centre d'attention ce mois-ci. Les banques italiennes ont souffert de la trajectoire incertaine de la dette du pays et de ses premiers échanges compliqués avec la Commission européenne sur son budget. Les fortes hausses du rendement des obligations italiennes à 10 ans (à des niveaux jamais enregistrés depuis 2014) ont bouleversé les investisseurs. Cependant, le marché semblait modestement rassuré par les décisions des agences de notation : Moody's a abaissé d'un cran la note souveraine de l'Italie, tout en maintenant sa perspective stable (Baa3 stable), tandis que S&P a uniquement déclassé sa perspective à négative (BBB nég.). Le Portugal est revenu dans la catégorie « Investment Grade », Moody's étant la dernière agence à relever la note du pays à Baa3. Compte tenu du climat de fragilité auquel sont confrontés les émetteurs en Italie et en Espagne, les spreads se sont élargis. Les négociations peu concluantes sur le Brexit et les tensions commerciales ont également eu un impact sur le marché. En particulier, le secteur de l'assurance a sous-performé, les spreads pour les perpétuelles du secteur de l'assurance s'étant creusés de 44 pb. Les obligations CoCos libellées en euros s'établissaient à -1,39 % contre 1,03 % pour celles libellées en USD. Cependant, la fin du mois d'octobre a été marquée par une légère reprise dans le sillage des récentes annonces des agences de notation. La période de déclaration de résultats a démarré avec les résultats des banques scandinaves, espagnoles, suisses et britanniques. Les résultats ont été au-delà des attentes pour Lloyds, UBS et Santander, mais Deutsche Bank et Nordea se sont révélées plutôt décevantes. Le marché primaire était plutôt morose. Lloyds a émis une obligation AT1 avec un coupon de 7,5 % pour 1,5 milliard de dollars. Mais Aegon (assurances) a reporté l'émission d'une obligation « Restricted Tier 1 » en raison des conditions défavorables du marché.

Voir plus Voir moins

Evolution de la VL

Graphique - Base 100 (17/01/2019)
Avertissement
Vous êtes sur le point de télécharger des données chiffrées historiques d’un portefeuille. Veuillez noter que les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Elles peuvent notamment être affectées par l’évolution des taux de change

Performance N-EUR Cumulée Annualisée

-3,84 %

2,16 %

0,20 %

1,56 %

0,38 %

1,28 %

Depuis création

9,80 %

7,89 %

1,17 %

0,95 %

Depuis 01/01/2019 1 an* 3 ans* 5 ans* Depuis création
Cumulée

Part (N-EUR)

Indice de référence

9,80 %

7,89 %

Annualisée

Part (N-EUR)

Indice de référence

-3,84 %

2,16 %

0,20 %

1,56 %

0,38 %

1,28 %

1,17 %

0,95 %

*Périodes glissantes

Performance annuelle



Statistiques

VolatilitéTracking ErrorCoefficient de corrélationRatio d’informationRatio de Sharpe
Part N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référence
1 an*2,54 %0,02 %2,54 %-0,03 %-2,72 %101,93 %
3 ans*2,27 %0,54 %2,22 %0,20 %-0,81 %3,32 %
Max drawdownAlphaBeta
Part N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référencePart N-EURIndice de référence
1 an*-5,16 %0,03 %-3,06 %
3 ans*-5,16 %-0,13 %0,82 %
Gain mensuel max Depuis création1,41 %
Perte mensuelle max Depuis création-1,78 %
Part N-EUR
Indice de référence
1 an* 3 ans* 1 an* 3 ans*
Volatilité 2,54 % 2,27 % 0,02 % 0,54 %
Tracking Error 2,54 % 2,22 %
Ratio de Sharpe 101,93 % 3,32 %
Alpha 0,03 % -0,13 %
Coefficient de corrélation -0,03 % 0,20 %
Ratio d’information -2,72 % -0,81 %
Perte mensuelle max -1,78 %
Gain mensuel max 1,41 %
Max drawdown -5,16 % -5,16 %
Beta -3,06 % 0,82 %

Caractéristiques

Date de Création (Fonds)
07/01/1999
Date de Création (Part)
05/01/2011
Forme juridique
SICAV
Indice de référence
EURIBOR EUR 3M
250BP
Devise de référence (fonds)
EUR
Devise (part)
EUR
Affectation des résultats
Capitalisation
Fréquence de valorisation
Quotidienne
Minimum d'investissement
10000000.00 EUR
Code ISIN
LU1082946713
Actif net (fonds)
124 M (EUR)
Organisme de tutelle
CSSF
EU Regulation
UCITS
Société de gestion
Edmond de Rothschild Asset Management (Luxembourg)
Société de gestion déléguée
Edmond de Rothschild Asset Management (France)
Pays de domiciliation
Luxembourg
Frais de gestion maximum
0,200 %
Frais de gestion appliqués
0,200 %
Conditions de souscription et de rachat
Chaque jour avant 12h30 sur la valeur liquidative du jour

Documentation téléchargeable

Tout sélectionner

(1) L'indicateur synthétique de risque et de rendement note les fonds sur une échelle de 1 à 7. Ce système de notation est basé sur les fluctuations moyennes de la NAV sur les cinq dernières années, c'est-à-dire l'amplitude de variation de l'ensemble du portefeuille à la hausse et à la baisse. Si la NAV a moins de 5 ans, la notation résulte des autres méthodes de calcul réglementaires. Les données historiques telles que celles utilisées pour calculer l'indicateur synthétique pourraient ne pas constituer une indication fiable du profil de risque futur. La catégorie actuelle n'est ni une garantie ni un objectif. La catégorie 1 ne signifie pas un investissement sans risque.